Un géant nommé Pays-Heimat – Christian Humberg

Près de 800 kilomètres carrés de nature authentique, des chemins de randonnée, des paysages où le minéral do- mine, des villages et des gorges pittoresques, c’est tout cela le Parc Naturel Germano-Luxembourgeois, et bien plus encore … Né de la volonté de coopération et de sauvegarde des beautés naturelles de la région, ce parc, créé en avril 1964 par un traité international, dévoile d’une manière impressionnante ce qui est si fascinant dans Sauer et Our, dans la région d‘Eifel du Sud, comme dans le Mullerthal: le pays et les gens.

Nature comme passerelle

Ce livre raconte un géant – et cela à plusieurs niveaux. Le Parc Naturel Germano-Luxembourgeois n’impressionne pas seulement par sa taille et la richesse de ses paysages. Son importance historico-politique est également immense, comme l’histoire, voire les histoires, des hommes, qui y travaillent et y conservent leurs traditions, en un mot qui y vivent.

Comme la Gorge du diable, ce témoignage imposant de la dernière glaciation, dont l‘incroyable paysage de roches n‘a pas d‘équivalent. Comme la petite Suisse luxembourgeoise avec ses bourgades chargées d’histoire et ses chemins de randonnée pittoresques. Et les pentes boisées au bord des eaux de l’Our. Il suffit simplement de se retourner pour se trou- ver face à une autre facette intéressante de notre géant.

Ce paysage, impressionnant et varié, est probablement le bien le plus précieux du parc. Il fait école jusqu‘à nos jours et nous apprend, que de part et d‘autre des frontières politiques, poussent les mêmes forêts, mûrissent les mêmes fruits, gazouillent les mêmes oiseaux. La nature dévoile ici toute son unité; ses habitants sont, depuis toujours le miroir de cette unité. «Nous n’allions jamais ‹à Luxembourg›», se souvient par exemple Peter Wagner, hôtelier à la retraite d’Irrel, une localité proche de la frontière, «mais tout simplement ‹à Echternach›». Dans cette région, rendre visite à un voisin est un geste banal et naturel. Frontières? Quelles frontières?

Le Parc illustre ces aspects de façon spectaculaire. Il veut conserver le passé, protéger le présent et façonner le futur, et cela des deux côtés de Sauer et Our, dans l’Islek, comme sur le plateau de Ferschweiler. Il est conscient de son histoire et de ses traditions, sûr de ses atouts il sème partout sur ses huit cents kilomètres carrés un peu de sa beauté et des riches facettes de sa nature, celle des hommes ou de l’autre.

Notre livre veut vous faire découvrir ces riches facettes. Il vous invite à une vaste balade à travers une région d’Europe, naturelle, et d’une variété saisissante. Suivez-nous en direction de châteaux forts imposants, des animaux ra- res, des villes futuristes et dans des villages romantiques, vers les origines géographiques et organisatrices de son idéal – bref: vers les hommes derrière et les hommes dans le Parc Naturel Germano-Luxembourgeois. Tournez les pages. Rien de moins qu’un géant vous attend sur les pages suivantes. Et son nom est Pays-Heimat.

Un pont nommé nature

La Tintesmillen se situe à l‘extrémité la plus septentrionale du Luxembourg, dans la région frontalière avec la Belgique et l’Allemagne. Les gé- rants du camping proche le décrivent comme l‘un des moulins les plus solitaires de tout le Grand-du- ché. Le pont qui traverse le ruisseau frontalier Our, dans un paysage de forêts denses et de vertes prai- ries, ne paye pas de mine au premier abord. Lors de son inauguration, il pleuvait à seaux. Les témoins de l’événement racontent que les membres de la fanfare locale étaient obligés de vider régulière- ment l’eau glacée de leurs instruments! Cela, c‘est pour la petite histoire. Mais il y a surtout un morceau de l‘histoire européenne lié à ce pont lancé dans la vallée idyllique de l’Our. Avec lui devenait un jour réalité ce qui pendant des longues années n‘était «que» un vœu pieux et une construction bilatétale: Le Parc Naturel Germano- Luxembourgeois réliait – à l‘endroit du moulin le plus «isolé» du Luxembourg – les nations.

Le texte complet de Christian Humberg sont dans le livre „Un géant nommé Pays-Heimat Le Parc Naturel Germano-Luxembourgeois rend pays et gens plus concrets“ qui peut être commandé ici.

Regardez dans le livre

Text: Christian Humberg
Übersetzung: Iris Rutz-Rudel
Fotografien: Sven Nieder, Dominik Scheid, Heiko Kapeller, uvm.
Gestaltung: Björn Pollmeyer
Gebundene Ausgabe, 144 Seiten
Sprache: Deutsch & Franszösisch
ISBN-13: 978-3-9814113-2-4